Le marché du chien

L’organisme TNS a diffusé son étude 2014 sur le marché de l’animal de compagnie lors de l’Assemblée Générale de la FACCO ( Chambre Syndicale des Fabricants d’Aliments pour Chiens, Chats, Oiseaux et autres animaux familiers.)
L’enquête a été menée sur le terrain en octobre/novembre 2014 à l’aide d’un questionnaire adressé aux 14.000 foyers français du Panel Postal Métascope, représentatifs en terme de région, habitat (taille d’agglomération), taille du foyer, âge et catégorie socio-professionnelle.

Voici quelques chiffres clefs de la population canine

Pour lire l’ensemble du dossier cliquez sur les différents onglets ci-dessous.

  • Taux de possession
    Taux de possesion de chien

    Le taux de possession de chiens est en baisse depuis 8 ans. Il y a environ 1,29 chien par foyer en France en 2014.

    Plusieurs causes peuvent expliquer cette diminution.
    Tout d’abord, le vieillissement de la population. A partir d’un certain âge, l’envie de s’investir dans une relation avec un animal et en prendre la responsabilité inquiète.

    La hausse du nombre de célibataires et la hausse des revenus ont pour conséquence une hausse de la mobilité de de l’indépendance. Cette partie de la population bouge beaucoup et voit un animal comme une contrainte dans son rythme de vie.

    L’urbanisation est aussi un frein à l’achat d’un chien. La mauvaise image du cani-citoyen reste très présente dans la vie citadine.
    Ce constat est mitigé car, on note un taux de possession très fort en région parisienne.

    Il y a aujourd’hui 7 255 940 chiens contre 7 421 693 en 2012, avec une longévité en hausse, 12,6 ans pour 11 ans en 2008.

  • Profil des acquéreurs

    social80X180V2On retrouve un chien le plus souvent dans un foyer avec 3 personnes et plus dont des enfants habitant dans une maison et ayant 3800 € mensuel de revenu.

    Les propriétaires prennent un chien pour les raisons suivantes :

    – L’amour de l’animal : « J’ai toujours eu un chien et j’en aurai toujours ».
    – Pour le développement des enfants : « Cela les responsabilise et améliore leur relationnel. »
    – Le bien-être personnel : « Je me sens mieux avec la compagnie d’un chien, je bouge plus et c’est bon pour mon moral. »

    Lorsque sonne le départ en vacances, les modes de gardes les plus plébiscités sont :

    – Le voisin qui vient garder le chien à domicile : 38  %
    – La garde du chien chez un proche ou un voisin: 27 %
    – La pension : 7 %
    – L’utilisation des « Pet-Sitters » : 1 %

    Notons que 27 % des propriétaires emmènent leur compagnon avec eux.

  • Profil des chiensdestructions_chiot

    Les chiens de race ou d’apparences raciales les plus présentes au sein de foyers sont : le Labrador, le Yorkshire et le Jack Terrier.

    27 % des propriétaires possèdent un chien de race et 23 % d’apparence raciale.

  • Conclusion

    chien_et_chatQuelle que soit la population observée, possesseurs de chats et de chiens reconnaissent les bienfaits que leur procure la compagnie d’un animal familier. Facteur de bien être pour 48,7% des possesseurs de chiens et 44,3% des possesseurs de chats, contributeur au développement de l’enfant pour 48% des possesseurs de chiens et 40% des possesseurs de chats, l’animal est perçu comme un compagnon, voire un membre de la famille.

    Néanmoins, ces bienfaits ne suffisent pas à contrebalancer le besoin de flexibilité qui reste la première cause de non-possession d’un chien comme d’un chat. 21,6% des personnes interrogées ne possèdent pas de chien (18,8% de chat) parce qu’elles estiment que « c’est un problème quand elles partent en week-end ou en vacances ».

    Toutefois, nous pouvons souhaiter une reprise de la croissance du nombre de possession de chiens si l’on regarde de l’autre coté de la Manche. S’il y a quelques années, la cynophilie anglaise était en perte de vitesse, le marché canin y a repris aujourd’hui une belle croissance.

Dossiers